Éparchie Orthodoxe de Paris France Ukraine

Éparchie Orthodoxe de Paris France Ukraine

+=+=+=+=+=+=+=+=+=+=+=+=+=+=+=+=+=+=+=+

Position officielle de l’Eparchie Orthodoxe  

de Paris et de toute la France

sur les derniers événements de Chambesy

se rapportant à notre Saint patriarcat de Kiev.

 

 Au nom de son Eminence le Métropolite Michel de Paris et de toute la France:
Archimandrite Amphilokios Besson, Higoumène du Monastère de l’Archistratège Michel de Marseille. 

 

 

 


 

Afin de pouvoir tenir au courant nos lecteurs et lectrices de l'actualité des positions du Patriarcat de Kiev,  (qui n'est hélas que trop peu relayée pour l'instant en France par les sites orthodoxes et religieux),  nous les renverrons, à la fin de ce billet, vers plusieurs sites Officiels  auprès desquels ils pourront vérifier chacun de nos propos, se renseigner régulièrement et élargir leurs sources d'informations. 

N'étant pas des traducteurs chevronnés, nous ne pouvons de traduire ces articles, et le contenu des sites, fort nombreux. Aussi, nous invitons nos lecteurs, lorsqu'ils les consulteront, à bien vouloir utiliser la traduction automatique par le biais du clic droit de leur souris, via la fonction "traduire en français".

 
 
Les polémiques et le mépris inter-orthodoxes sont un contre-témoignage pour ce monde sans Dieu et en plein désarroi:

Commençons par dire que notre Eparchie a une aversion viscérale pour les conflits inter-orthodoxes qui, nous semble-t-il, souillent  le visage de l'Eglise du Christ  déshonorent la charité, troublent les consciences, et atteignent souvent la dignité et la crédibilité des personnes attaquées. 


Pour ces raisons, notre modeste Eparchie à son très humble  niveau, a toujours préféré porter dans la prière quotidienne des Offices, et la souffrance silencieuse, le martyre ecclésiologique que traverse actuellement notre Eglise: martyre du déni des faits historiques et canoniques, déni de reconnaissance religieuse et fraternelle, martyre de la mise à l'écart spirituelle et humaine, martyre des accusations mensongères et dégradantes portées contre Elle, contre ses millions de fidèles et ses nombreuses institutions en Ukraine ou à l'étranger. Nous sommes chrétiens et notre Maître nous a prévenu qu'être Ses disciples impliquait de Le suivre dans les mauvais traitements, les mauvais jugements, dans les dérisions, le mépris et la crucifixion avant de vivre en Lui la résurrection.


Au début de ce billet, et en préambule, affirmons que les bases et les faits canoniques et historiques en faveur de l'autocéphalie de notre Eglise sont des plus solides. Ils relèvent, lorsqu'on en a pris connaissance,  de la Vérité, de la logique et du bon sens.

L'oubli ou l'ignorance de l'histoire de l'Eglise et des bases ecclésiologiques sont une source de préjugés graves :

Fort malheureusement, nous nous sommes aperçus qu'une part infinitésimale de clercs et de chrétiens orthodoxes avaient connaissance de ces éléments, se contentant souvent d'affirmer ce qui se dit dans certains milieux mondains et dans nombre d'articles de désinformation aussi brutaux que dégradants. Que ces personnes tiennent ces éléments pour des vérités de Foi sans en vérifier la véracité: il n'y a rien de plus facile, mais il n'y a rien  de plus nocif pour la conscience que l'idéologie. Heureusement, il existe également un certain nombre d'Orthodoxe (clercs comme laïcs) qui sont parfaitement conscient des vrais enjeux se cachant derrière les positions officielles du patriarcat de Moscou...


En outre, appartenant eux-même à des Eglise orthodoxes nationales, beaucoup de clercs et de fidèles ignorent/oublient que leurs propres Eglises autocéphales (de manière exactement similaire à la nôtre aujourd'hui!) ont alors été, dans leur histoire, rejetées et vilipendées par toutes les autres "officielle", et mises au ban de la communions des Eglises-Soeurs....Ceci, avant que leur cause, bien des années après (parfois près de 100 ans), soit reconnue comme tout à fait juste et légitime dans l'affirmation de leur autocéphalie.


Prendre connaissance des faits pour mieux comprendre: c'est possible!


Nous invitons nos lecteurs et tous ceux qui veulent vraiment comprendre  ce qui se passe en Ukraine sur le plan ecclésial, à se documenter; à refuser de se prononcer avant de s'être solidement instruit. La mode du monde actuel, en soif de sensations et de vérités toutes faites se range trop souvent au jugement péremptoire et au préjugé. L'avis mal éclairé et conditionné dans ces conditions devient alors une certitude tranchée voire arrogante, qui fait injure à tout sens élémentaire de la justice et de la Charité. La religion de l'opinion est une véritable dictature et un ennemi de la vérité.


Pour avoir une approche solide de ce qui se joue en Ukraine sur le plan ecclésial, nous renvoyons aux textes et articles  de notre Métropolite  écrits en langue française.  


Le très grand intérêt de ces textes est qu'ils sont accessibles à un public qui n'est pas forcément initié aux subtilités de l'ecclésiologie orthodoxe.  Ces documents posent clairement et simplement des faits incontestables; ils sont illustrés par de très nombreux exemples et cas de jurisprudences  canoniques.  Il existe également des communiqués, des articles divers en langue ukrainienne, russe et anglaise qui parle de l'actualité de notre Eglise. Il nous revient sans doute de les faire connaître davantage au grand public.

 

A propos des faits évoqués pendant la Synaxe par le Patriarche Kirill de Moscou:

Depuis quelques temps, et de manière plus intense au fur et à mesure que la Synaxe préparatoire au futur Concile approchaient, un certain nombre d'articles (en russe, en français...) paraissaient (et continuent à paraître) à intervalle régulier, pour nier  la légitimité de l'autocéphalie de notre Eglise. L'afflux de contre vérités, de mise en exergue d'informations tronquées, font que nous en sommes arrivés à la conclusion personnelle qu'un véritable travail de sape en communication était à l'oeuvre pour flétrir et discréditer l'existence même de l'Eglise Orthodoxe Ukrainienne du Patriarcat de Kiev. 

Par le bais de ces articles donc, nous avons douloureusement pris connaissance il y a quelques jours,  des accusations publiques prononcées par le Patriarche de Moscou. Il les a gravement portées en pleine Synaxe à Chambésy contre notre Eglise. Ces accusations concernaient des actes de violence attribués faussement aux chrétiens orthodoxes d'Ukraine du patriarcat de Kiev contre les paroisses du patriarcat de Moscou. 

Notre Eglise dément formellement et catégoriquement cette version erronée des faits.

Il faut préciser que les représentants de notre Eglise n'étant pas présent à cette synaxe préparatoire au futur concile, aucune défense n'était possible...Peut-on accuser quelqu'un sans lui donner la possibilité de se défendre et d'exposer à son tour les faits? C'est en tous les cas un usage absolument contraire à la Tradition Orthodoxe, aux Usages ecclésiaux et à leur esprit.

Aussi, notre Eglise, par la voix de ses représentants légitimes à Kiev, a prié Sa Sainteté Bartolomé, Patriarche de Constantinople qui présidait la Synaxe, d'organiser une commission d'enquête officielle en Ukraine; celle-ci  ayant pour mission de vérifier concrètement sur le terrain, la réalité et la véracité de ces accusations. 

Les sources de la polémique et quelques rappels de faits:
 
Ces accusations portée par le patriarche Kirill de Moscou à la Synaxe de Chambesy sont la suite ou l'un des aboutissement de campagnes de désinformation présentant régulièrement au public ecclésiastique et laïc un certain nombre d'éléments et de faits tronqués/orientés. Ces éléments sont jetés en pâture dans le triste but évident de conditionner l'indignation et de jeter le discrédit sur la cause légitime du Patriarcat de Kiev. 

Elles rapportent que des paroisses dépendant du Patriarcat de Moscou en terre ukrainienne seraient l'objet d'attaques particulièrement violentes, menées par des ukrainiens (dépeints pour l'occasion comme des "nazis", "fascistes" à la solde du Patriarche Philarète" etc, etc...) . Ces groupes de sauvages placeraient de force et par voie de violence et de terreur, les paroisses sous l'omophore du Patriarcat de Kiev. 
 
Face à ces tableaux peints pour la circonstance, commençons pas rappeler ici un fait d'importance que ces campagnes hostiles à l'existence même de notre Eglise taisent soigneusement:
 
Notre Patriarche Philarète a toujours condamné publiquement, sans équivoque et de manière très ferme TOUTE violence faite contre les biens ecclésiastiques du Patriarcat de Moscou en Ukraine.
 
La Vérité des faits  (vérifiables à la lumière du site officiel du patriarcat et de divers sites étrangers), est que notre Patriarche avec le concours du clergé et des fidèles travaillent à l'UNITÉ et à la réconciliation spirituelle et citoyenne du pays. 
 
Preuves publiques en sont les solides liens fraternels qui ont été tissés depuis de nombreuses années avec les représentants de toutes les confessions religieuses (chrétiennes et non chrétiennes) en Ukraine. Des liens positifs et prometteurs avaient d'ailleurs été tissés avec le précédent Métropolite de Kiev dépendant du Patriarcat de Moscou, Sa Béatitude Vladimir (Sabodan).

L'Eglise Orthodoxe Ukrainienne du Patriarcat de Kiev n'est pas isolée:
 
 
 
 
Rencontres fraternelles entre Sa Sainteté le Patriarche Philarète de Kiev et
feu sa Béatitude Vladimir, Métropolite de Kiev (Patriarcat de Moscou). 
Rappelons que le Métropolite Onufre est l'actuel représentant du Patriarcat de Moscou à Kiev.
 
Le Patriarche Philarète avec feu le Métropolite Mefodiy Kudriakov
 
 
 
Le Patriarche Philarète avec le patriarche greco-catholique Sviatoslav Shevchuk
 
 
Le Patriarche Philarète accueillant feu le pape Jean-Paul II de Rome
 
Le Patriarche Philarète faisant une déclaration commune
avec le cardinal Christoph Schönborn, lors d'une rencontre
 
Le Patriarche Philarète avec divers représentants religieux
 
 
Des accusations qui défient la vérité et le bon sens:

En outre, et si l'on y réfléchi quelque peu, quel serait l'intérêt à court, moyen ou long terme pour le Patriarche Philarète d’orchestrer dans son propre territoire canonique un chaos ecclésial et de se susciter la haine d'orthodoxe spoliés de leurs églises, alors que précisément, son but est de rassembler tous les chrétiens orthodoxes au sein d'une même Eglise locale en Ukraine ?! 

L'accuser de semer la dissension, c'est affirmer qu'il travaille d'arrache-pied pour et contre les propres intérêts du Patriarcat de Kiev, contre ses propres intérêts de Chef d'Eglise...qu'il oeuvre à une Eglise locale divisée...cela n'a aucun sens!

Le remède: un peu de bon sens et d'esprit critique:
 
De la même manière, la façon de présenter dans les médias orthodoxe mainstream les situations de tensions tout en bichromie (comprenez les "voyous ukrainiens fanatisés du patriarcat de Kiev" contre "les frêles victimes du patriarcat de Moscou"), devrait susciter chez n'importe quel lecteur, des sentiments interrogatifs et mitigés.

Quant à nous, nous ne trouvons pas très sain la manipulation de l'émotion dans le rapport tronqué des faits pour faire adhérer les personnes à des scénari, car on se situe très loin de l'esprit de l’Évangile.
 
La Réalité sur le terrain: Le départ des paroisses et des fidèles vers le  Patriarcat de Kiev
 
Rappelons que l'Eglise Orthodoxe Ukrainienne du Patriarcat de Kiev, depuis deux ans environ, a accueilli sous son omophore, à la demande de celles-ci, près de 70 paroisses en provenance du Patriarcat de MoscouLe dernier transfert en date dont nous avons connaissance est celui de la paroisse de Saint Nicolas.

Des convictions profondes autant que des incidents pastoraux récurrents peuvent expliquer ce mouvement général.
 
D'une part, une prise de conscience ecclésiale grandissant en Ukraine , les chrétiens orthodoxes du Patriarcat de Moscou souhaitent une Eglise locale unifiée (leur Eglise historique) soutenant un pays qui souffre de la guerre, de la crise économique, de la pauvreté... 

Les Ukrainiens savent qu'historiquement, c'est l'Eglise de Kiev qui est la Mère de l'Eglise de Moscou et non l'inverse. Ils savent qu'une Eglise Mère ne peut jamais être soumise à son Eglise Fille (ce que tente de faire croire avec force agitation le patriarcat de Moscou). 

Ils savent également, qu'ecclésialement,  un transfert de capitale politique (de Kiev à Moscou)  n'entraîne jamais le transfert ou n’atteint jamais l'existence, le rang ou l'autorité d'une Eglise Mère. Une Eglise-Fille apparaît alors, mais l'Eglise-Mère demeure libre. C'est le cas du transfert de la capitale de Kiev à Moscou. La capitale "déménage", mais l'Eglise, elle subsiste ( qu'on regarde le transfert de la capitale de l'Empire romain de Rome a Constantinople qui n'a pas supprimé ou subordonné l'Eglise de Rome à Constantinople ).
 
D'autre part, les fidèles ukrainiens sont souvent en butte à de nombreuses souffrances  qui trouvent leurs sources dans de véritables atteintes à l'esprit évangélique.

Par exemple: refus de baptiser des enfants ukrainiens dont les familles résidant dans les zones actuellement sensibles souhaitent qu'ils gardent la nationalité ukrainienne, refus d'enterrer religieusement des soldats ukrainiens mort au front pour l'Ukraine, refus de tout hommage public en mémoire des jeunes gens gens tombés pour leur pays...

Comment ces parents stigmatisés ou frappés dans leur chair réagissent-t-ils face à l’attitude anti-pastorale et anti-évangélique de l'Eglise dépendant du Patriarcat de Moscou en Ukraine? Ils vont trouver refuge dans leur Eglise locale légitime: l'Eglise orthodoxe ukrainienne du Patriarcat de Kiev.
 
Un fait qui a beaucoup marqué les ukrainiens: Lors d'une allocution officielle où était fait officiellement mémoire des soldats ukrainiens tombés au front, tout le public et tous les représentants religieux chrétiens et non chrétiens se lèvent pour applaudir et rendre hommage. Seuls les représentants officiel de l'Eglise en Ukraine dépendant du Patriarcat de Moscou restent ostensiblement assis (le métropolite Onufre tenant une canne accompagné d'un métropolite et d'un autre ecclésiastique) . C'est devant ce type d'outrage public que les orthodoxes ukrainiens rejoignent en masse leur Eglise locale légitime et naturelle, celle du Patriarcat de Kiev. 
 
 
Comme le rapporte le site RISU (site général d'informations religieuses en Ukraine) dans un de ces articles récents, le Patriarcat de Kiev souligne que les dirigeants de l'Eglise du Patriarcat de Moscou en Ukraine, à la fois dans leurs centres de décisions et sur le terrain, rejettent catégoriquement toutes les propositions de dialogue avec le Patriarcat de Kiev et ses fidèles, ne parlant que la langue de l'ultimatum et ignorant la volonté réelle de leurs propres paroissiens de quitter la juridiction du Patriarcat de Moscou.

Des réactions de plus en plus crispées de la part du Patriarcat de Moscou:
 
Face à l'hémorragie de ses paroisses et de ses fidèles en Ukraine, le Patriarcat de Moscou, à défaut de pouvoir l'arrêter, durcit le ton, exerce des pressions, s'allie et capte la parole de chefs d'Eglises (Serbie, Antioche...) pour tenter d'isoler totalement notre Eglise et d'empêcher par tous les moyens en sa possession l'inéluctable : la reconnaissance par les autres Eglise locales de l'autocéphalie de l'Eglise du Patriarcat de Kiev et sa communions avec toutes les Eglises-Soeurs. 


"Perdre" l'Ukraine pour le Patriarche Kyrill de Moscou et pour l'Eglise russe, c'est perdre des millions de fidèles, des moyens matériel conséquents...; c'est donc perdre mécaniquement de l'aura et du leadership dans le concert des Eglises orthodoxes; c'est revenir à sa place naturelle (historique et canonique). On comprends mieux alors ce déchaînement du patriarcat de Moscou et l'agitation des services de presse affidés, qui sont proportionnels à mesure que croît la taille et la vitalité de l'Eglise Ukrainienne du Patriarcat de Kiev. 


Notons également que le Patriarche de Moscou reproche amèrement au Patriarcat de Constantinople d'entretenir le moindre contact avec notre Eglise et de dépêcher des évêques en Ukraine pour entendre ce que notre Eglise a à dire et ce qu'elle a à proposer en vue d'une Réconciliation et d'une Eglise Orthodoxe Ukrainienne unifiée. Ce n'est pas la première fois que Moscou menace de rupture de communion si le Patriarcat de Constantinople venait à reconnaître l'Eglise Orthodoxe Ukrainienne du Patriarcat de Kiev. Il nous semble que l'agressivité et le chantage pour de sombre questions de leadership n'apporteront rien de constructif et de positif pour l'Eglise Orthodoxe du Christ. Ce qui nous demandons, c'est le respect des principes de l'ecclésiologie orthodoxe, des canons et de l'Histoire.
 
Rappelons-le encore et encore s'il en était besoin: Historiquement et de manière irréfutable l'Eglise du Patriarcat de Moscou est la fille de l'Eglise du Patriarcat de Kiev. Comment se fait-il qu'une Fille traite aussi mal sa Mère? La loi du plus fort écrasant le plus fragile n'a pas sa place dans la Tradition orthodoxe. Dieu vois tout. Cela est notre plus grande consolation consolation.


te la RSynaxe des métropolites et des évêques autour de Sa Sainteté Philarète,
Patriarche de Kiev et de touus' Ukraine.

Carte et état des lieux de l'Eglise orthodoxe Ukrainienne du patriarcat de Kiev:


Aujourd'hui l'Eglise Orthodoxe Ukrainienne du patriarcat de Kiev sert le peuple Royal en Ukraine. 

Elle compte des croyants de toutes nationalité.Notre Eglise est en effet implanté dans plusieurs pays: Etats-Unis, Canada, Allemagne, France, Italie, Grèce... 

Le Patriarcat compte plus de 10 millions de fidèles en Ukraine. En comparaison Le Patriarcat de Moscou en Ukraine compte environ 5 millions.

Elle compte une quarantaine d'évêques, un conseil ecclésiastique supérieur, plusieurs institutions synodales, une trentaine de diocèses (en Ukraine + communautés à l'étranger), environ 4000 paroisses réparties sur tout le territoire ukrainien. Ce chiffre est constante augmentation au vue du passage des communautés de croyants sous l'omophore du Patriarcat de Kiev.


Elle compte une dizaine de monastères et plusieurs centres de formation:
Les académies de théologie (Séminaire) de Kiev, de Lviv de Volyn, de Rivne
Un département de théologie au sein de l'Université nationale de Tchernivtsi
Un Institut de Théologie ( à Ivano-Frankivsk)


A kiev en 2006, à la suite d'un grand sondage dans la ville de Kiev 52% des personnes interrogées se réclamaient au Patriarcat de Kiev contre 8% se réclamant du patriarcat de Moscou.
 
Un certains nombre d'Eglises locales vivent actuellement la même situation que l'Eglise d'Ukraine (Macédoine, Monténégro...) d'autres ne sont reconnues que partiellement (par certaines Eglises et pas par d'autres). Beaucoup en occident s'en questionnent parcequ'on ignore tout de l'ecclésiologie orthodoxe, du processus de reconnaissance et de la distinction à tenir entre canonicité charismatique et canonicité administrative.
 
Notre attitude:

Elle est de prier pour notre Patriarche qui avec beaucoup de dignité mène un combat courageux. Elle est aussi de prier pour ceux qui se font nos ennemis, qui nous mal jugent , nous méprisent alors que leur propres Eglise sont passées par le même martyre. Il semble que cette phase douloureuse soit consubstantielle à la reconnaissance de l'autocéphalie d'une Eglise par les autres.


Quotidiennement et avec instance, au cours de prières spécifiques, nous demandons au Seigneur qu'Il accorde à Ses Eglises, le grand don de l'Unité et la Paix et d'un profonde Amour réciproque, signe que nous sommes les disciples du Christ. 


Sur la terre de France ou sont implantées plusieurs juridictions, notre attitude de moines ne variera pas: Nous conduire comme des Frères avec tous, prier pour l'Unité, pour la Charité. Chaque Frère orthodoxe, clerc ou laïc sait qu'il sera accueilli avec amitié et chaleur dans le Seigneur: nos bras resteront ouverts, et nos mains levées vers le Ciel pour qu'un jour toutes ces juridictions finissent, selon l'Esprit de l'Eglise, par former une Eglise locale qui rassemblera Ses Enfants.


Le monde a tant besoin pour son Salut d'Unité et de Paix, car il a faim et soif du Christ. Si nous orthodoxes, qui sommes l'Eglise du Christ, nous ne manifestons pas l'Unité catholique, qui la manifestera? Moins de discours, davantage d'actes posés.




LIENS
 
D'autres sites et d'autres articles seront donnés au fur et à mesure du temps
 
Nous donnons ici quelques liens qui en renverront à d'autres:

Site de notre Patriarcat:
 
RISU: Site officiel d'informations religieuses
 
 
Articles de fonds:

Blog du Métropolite Laroche:
http://leblogdumetropolitemichellaroche.blogspirit.com/


Article de base (accessible et passionnant) pour comprendre la situation ecclésiologique:" Kiev, la Mère de toutes les Eglises Rous’ : l’expression d’un principe ecclésiologique ancien."
http://leblogdumetropolitemichellaroche.blogspirit.com/archive/2014/09/14/kiev-la-mere-de-toutes-les-eglises-rous-l-expression-d-un-pr-3016148.html

Dernier article paru sur les "évènements" de la Synaxe  intitulé: "Comment Daesh empoisonne les relations inter-orthodoxes"
http://eparchie-orthodoxe-de-paris-france-ukraine.blog4ever.com/articles/comment-daech-empoisonne-les-relations-inter-orthodoxes

 



31/01/2016

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 43 autres membres