Éparchie Orthodoxe de Paris France Ukraine

Éparchie Orthodoxe de Paris France Ukraine

Interview ecclésiologique de Sa Sainteté notre Patriarche Filaret

15/06/2011

Interview ecclésiologique de Sa Sainteté notre Patriarche Filaret de Kiev et de toutre la Rouss-Ukraine

Nous publions cet article qui est d'une actualité brûlante dans les concert des Eglises Orthodoxes locales, lorsque l'on sait que des schismes entre Eglises qui se disent canoniques existent pour des questions géopolitiques, comme le souligne remarquablement Sa Sainteté  le Patriarche Filaret en évocant le fait que de telles divisions ont existé au commencement de chacune des Eglises Locales autocéphales  d'aujourd'hui sur de très longues périodes parfois s'étendant sur des centaines d'années. Aujourd'hui il existent deux Eglise orthodoxe rivales  en Estonies qui voit s'opposer Moscou contre Constainople,  deux  Eglises orthodoxe rivales en Moldavie qui voient s'opposer deux patriarcat, Moscou contre Bucarest,  le schsime de l'Eglise Macédonienne avec le patriarcat de Serbie, et nous en oublions. La légitimité du Patriarcat d'Ukraine à être l'Eglise locale d'Ukraine, devant l'Eglise autonome d'Ukraine rattachée à Moscou,  composée d'anciens russes qui ne se sentent pas ukrainien et regrettent l'indépendence de leur nouvelle nation est très bien souligné dans cet article

L'Eglise a toujours été l'âme du peuple ukrainien, Entretien avec le Patriarche de Kyiv et de toute l'Ukraine
(par Maria Bazeliouk Schlach Peremohy )

Entretien de Maria Bazeliouk avec Sa Sainteté Filaret, Patriarche de Kyiv et de toute l'Ukraine, paru dans Schlach Peremohy (La Voie de la Victoire) du 21 janvier 2004
(Traduction Oksana Paczecha-Osmalskyj, Belgique)

Votre Sainteté, en ces jours où l'on célèbre la Nativité, le visage des Ukrainiens s'illumine d'une joie sereine, paisible. Quelle place la chrétienté a-t-elle occupé dans la vie des Ukrainiens au cours de ses 1000 ans d'histoire sur notre terre ? 

L'Eglise a toujours été l'âme du peuple ukrainien, elle a soutenu la spiritualité dans notre société. Grâce à l'Eglise, le peuple ukrainien a pu vaincre toutes les difficultés qui se sont présentées à lui au cours des 700 ans d 'histoire passés dans la servitude. C'est grâce à l'Eglise que notre nation a préservé sa culture, sa langue et a enfin conquis son indépendance ! Il faut souligner qu'aucun peuple ne peut exister sans une solide base spirituelle, qui est dans notre pays l'Eglise orthodoxe ukrainienne. Si nous regardons l'histoire d'autres peuples, par exemple des pays Balkans, qui eux aussi ont passé plus de 500 ans sous le joug turc, lorsque l'Empire ottoman s'est effondré et qu'ont surgi des pays indépendants alors sont apparues en même temps les Eglises orthodoxes. Je pense à la Grèce, la Bulgarie, la Roumanie, la Serbie et d'autres pays qui ont obtenu une Eglise indépendante. Lorsque l'Ukraine est devenue indépendante, elle a voulu avoir une Eglise autocéphale. Ce n'est pas un hasard si notre premier président, Leonid Kravtchouk a déclaré : " A pays indépendant, Eglise indépendante ". L'Eglise Orthodoxe Ukrainienne du Patriarcat de Kyiv est cette Eglise indépendante qui n'a de compte à rendre ni à Moscou, ni à Constantinople, ni à Rome.

Mais les plénipotentiaires actuels ne la soutiennent pas...

Le pouvoir ne favorise pas le développement et la consolidation du patriarcat de Kyiv, elle soutient le patriarcat de Moscou, bien que ce dernier soit subordonné à l'Eglise de Russie, qui sert son pays. C'est pourquoi l'Eglise Orthodoxe Ukrainienne du Patriarcat de Moscou, qu'elle le veuille ou non, sert les intérêts de la Russie. En dépit du fait que l'Eglise du Patriarcat de Kyiv ne bénéficie pas du soutien du gouvernement, se heurte à de nombreux problèmes, elle prend néanmoins de l'ampleur. Pourquoi ? Parce que le peuple ukrainien se rend de plus en plus compte que lui et l'Ukraine ont besoin de leur Eglise. Qu'est-ce que cela signifie ? L'Eglise est le fondement spirituel d'un pays, elle défend ses intérêts, fait renaître les traditions et les coutumes de son peuple, pratique les offices dans la langue du peuple ukrainien. En effet le patriarcat de Kyiv accorde beaucoup d'importance aux offices liturgiques en ukrainien, tant du point de vue culturel que national. Parce qu'une nation ne peut exister sans langue propre. Si elle perd sa langue, elle cesse d'exister comme nation. Nous ne déclarons pas seulement que les messes doivent se faire en ukrainien. Ces dernières années nous avons traduit en ukrainien tous les livres religieux- ce qui représente presque 20 tomes, nous les avons publiés et maintenant ils circulent dans toutes les paroisses du Patriarcat de Kyiv. Nous proposons nos livres aux autres Eglises orthodoxes même à l'Eglise gréco-catholique d'Ukraine.

Aujourd'hui, force nous est de constater l'apparition dans la société de phénomènes attristants, comme la dégradation de la morale, le non-respect des valeurs spirituelles séculaires, un niveau très bas dans les relations humaines. Quelle est selon vous, la mission de l'Eglise dans l'élimination de ces tendances négatives ??

Nous assistons malheureusement aujourd'hui en Ukraine et dans beaucoup de pays d'Europe et d'Amérique, à un déclin de la spiritualité, de la morale, la destruction de la famille chrétienne, une diminution de la population. Le taux de natalité diminue, celui de la mortalité augmente. C'est pourquoi l'Eglise orthodoxe du Patriarcat de Kyiv et les autres églises d'Ukraine - les Eglises gréco-catholique, catholique, certaines protestantes, ont décidé, d'oeuvrer ensemble pour faire renaître dans la société la spiritualité, lutter contre tout phénomène amoral. Récemment nous avons signé un Appel au Peuple ukrainien dans lequel nous condamnons l'avortement et d'autres phénomènes négatifs qui poussent la société sur le chemin de l'amoralité. Nous nous insurgeons contre ces programmes de télévision qui pourrissent la jeunesse et même les enfants.

Nous avons l'impression que l'athéisme du type soviétique se transforme aujourd'hui en occultisme et en sectes de tous genres à qui on a ouvert les portes de la télévision et même de certaines hautes écoles. Et en même temps, on assiste à l'interdiction de l'enseignement religieux à l'école. Cette situation n'est-elle pas une réminiscence de l'époque athéiste ?

Beaucoup de sectes sont apparues aujourd'hui chez nous. Elles disent qu'elles prêchent l'Evangile et fondent leurs prédications sur l'Ecriture Sainte, par contre elles ne mènent pas au Royaume de Dieu. Elles détruisent notre culture ukrainienne, nos coutumes parce qu'elles sont venues d'Occident ou d'Orient et sont étrangères à notre peuple. Même les protestants n'acceptent pas les nouvelles sectes totalitaires. C'est pourquoi la mission de notre Eglise est de faire renaître la spiritualité ukrainienne. Le meilleur moyen pour cela - c'est l'enseignement dans les écoles de l'étique chrétienne. Mais malgré tous nos efforts en ce sens- nous avons même eu des accords avec le Ministère de la Culture - certaines forces sont intervenues et ont tout détruit. Il faut néanmoins reconnaître que dans les régions occidentales d'Ukraine, l'éthique chrétienne est enseignée dans presque toutes les écoles. Lorsqu'on nous dit qu'un tel droit n'existe pas chez nous parce que l'école est séparée de l'Eglise, nous nous référons à l'Ukraine occidentale. On nous répond, que là-bas, l'éthique chrétienne est enseignée sur demande des parents. Et c'est très bien. Même les garants de la loi affirment que la criminalité en Ukraine occidentale est inférieure à celle d'Ukraine orientale. Je pense que cette situation est directement liée à l'éducation des enfants, basée sur les principes de morale chrétienne, qui met en avant la foi, le respect des parents et des valeurs morales. La personne croyante qui reconnaît Dieu, prie et s'en remet à Lui, ne commettra jamais de crimes. Quant à cette jeunesse qui n'a pas Dieu dans son coeur, elle encourt plus de risques, soutenue par la télévision. Puisqu'on ne nous permet pas d'enseigner l'étique chrétienne, nous avons emprunté un autre chemin. Notre Eglise a édité a plus de 150000 exemplaires des manuels sur la Loi de Dieu. Nous voulons que ce livre soit dans tous les foyers. 

Comme chacun sait, l'Eglise a toujours veillé sur l'être humain, sur ses besoins, à sa rs aidé les orphelins, les démunis, les malheureux mais sous le régime soviétique elle a perdu sa fonction de protection sociale. Je sais que L'Eglise orthodoxe ukrainienne du Patriarcat de Kyiv s'occupe de ces problèmes...

L'Eglise a toujours aidé les orphelins, les démunis, les malheureux mais sous le régime soviétique elle a perdu sa fonction d'aide sociale. Aujourd'hui nous recréons cette fonction : nous ouvrons des " restaurants " pour les pauvres, il y en a 12 dans la seule ville de Kyiv. La diaspora ukrainienne des USA nous aide financièrement. Dans la province de Donetsk, l'Eglise orthodoxe du Patriarcat de Kyiv a ouvert une maison pour personnes âgées où vivent plus de 50 âmes. L'Eglise leur fournit un toit, l'aide médicale, la nourriture, les vêtements. C'est un bon exemple pour les autres paroisses qui voient comment on peut renouveler l'aide sociale. Les premiers chrétiens organisaient déjà des soirées agapes où ils donnaient à manger aux indigents. 

Le renouveau des fonctions traditionnelles de l'Eglise ne se fait manifestement pas sans problème.

La plus grande entrave sur le chemin de la renaissance est la division de l'Eglise orthodoxe : d'un côté il y a l'Eglise orthodoxe ukrainienne du Patriarcat de Kyiv, de l'autre, l'Eglise orthodoxe du Patriarcat de Moscou , enfin l'Eglise orthodoxe autocéphale d'Ukraine. Mais le plus gros problème, c'est le Patriarcat de Moscou. Lorsqu'on pose la question en terme de différence entre le Patriarcat de Kyiv et celui de Moscou, on constate, en ce qui concerne l'enseignement de la foi ou les canons, qu'il n'y en a aucune. La différence réside dans le fait que la première est une Eglise ukrainienne et la deuxième n'a d'ukrainien que le nom, en réalité elle soutient tout ce qui russe. C'est pourquoi il faudrait dire que c'est l'Eglise orthodoxe russe en Ukraine. 

Même l'Eglise orthodoxe Russe n'est pas aussi agressive envers l'Eglise ukrainienne que ne l'est l'Eglise du Patriarcat de Moscou, qui fait semblant de ne pas voir l'Ukraine, est totalement orientée vers des valeurs étrangères, exige de ses paroissiens qu'ils ne prient pas en ukrainien, bref elle adopte clairement une position anti-ukrainienne.

Les Russes, tant le clergé que les croyants, se posent sereinement vis à vis du Patriarcat de Kyiv. Ils considèrent que l'Ukraine, en tant que nation indépendante doit avoir sa propre Eglise. Et notre clergé du Patriarcat de Moscou s'élève contre nous de façon si virulente qu'on se demande comment un Ukrainien peut s'opposer à son frère de nationalité et de foi si violemment.

Votre Sainteté, pouvez-vous expliquer aux lecteurs pourquoi notre Eglise qui prend ses racines chez Saint Volodymyr , est considérée comme non canonique alors que l'Eglise du Patriarcat de Moscou a été déclarée canonique, ce qui à mon sens est une aberration .

Cette étiquette attribuée à l'Eglise orthodoxe ukrainienne du Patriarcat de Kyiv, est le fait d'ignorants qui ne savent pas ce que sont les canons de l'Eglise ou la canonicité de l'Eglise. Ainsi ils induisent les gens en erreur. En fait la seule différence est que notre Eglise n'a pas encore été reconnue par les autres Eglises orthodoxes comme autocéphale. Mais cela ne signifie pas que l'Eglise du Patriarcat de Kyiv n'est pas une Eglise. Le processus de reconnaissance est long. Il a fallu 700 ans pour que l'Eglise bulgare soit reconnue, 30 ans pour l'Eglise grecque. L'Eglise russe a mis 140 ans à être reconnue. Se pose alors la question:Avez-vous été conforme aux canons pendant 140 ans ? Non. Pourtant vous avez vécu en tant qu'Eglise, alors pourquoi ne le pourrions nous pas nous aussi ? Le moment viendra où on nous reconnaîtra. Les croyants du Patriarcat de Kyiv ne réagissent pas aux accusations de " schisme ". Parce que c'est de la pure propagande.

Mais ce n'est pas une propagande innocente. Elle a un caractère prorusse avéré. Par exemple, on m'a raconté qu'en Volhynie, un curé de l'Eglise du Patriarcat de Moscou qui officie à Nyskynytchi, expliquait à ses paroissiens, que la Tchétchénie est une terre russe, justifiant ainsi l'agression russe contre ce pays. Le Kremlin soutient ouvertement l'activité du Patriarcat de Moscou dans notre pays. Oui, l'Eglise est séparée de l'Etat. Mais l'Etat est en droit de se défendre d'une Eglise qui lui est si ouvertement hostile, non ?

C'est l'essence même du service de cette Eglise : elle est l'instrument non seulement de l'Eglise russe mais également de la politique russe. Nous insistons sur le fait que le Patriarcat de Moscou sert les intérêts de l'Etat russe. J'ai moi-même assisté aux remerciements du représentant de l'Etat russe au patriarche Alexis pour avoir maintenu l'Eglise ukrainienne dans le giron de l'Eglise russe. Il a déclaré que, bien que les politiques russes perdent leur influence sur l'Ukraine, "Vous, Votre Sainteté, Vous avez su maintenir l'unité dans le domaine spirituel, ce qui est tout à Votre honneur et à l'honneur de l'Eglise Russe ". Il est clair que le Patriarcat de Moscou favorise l'influence de la Russie en Ukraine. Cela se constate dans les homélies des prêtres. Récemment le métropolite de Odessa déclarait ouvertement que l'Ukraine n'avait jamais existé et qu'elle n'existera pas avant au moins 300 ans. Voilà pourquoi le Patriarcat de Moscou est l'instrument de l'Eglise Russe et de la politique russe en Ukraine. 

En tant que journaliste, j'ai eu l'occasion de constater, notamment dans la province de Kyiv, que des fonctionnaires de l'Etat avaient été sanctionnés pour leur sympathie à l'Eglise du Patriarcat de Kyiv, que le pouvoir en place refusait d'accorder des subsides à des prêtres pour la réfection de leur église qui appartient pourtant au patrimoine national, disant : " Si vous faisiez partie du Patriarcat de Moscou, nous ferions de votre église un véritable bijou... " Qu'est-ce qui, à votre avis, est la cause d'un tel affront : les réminiscences de époque de " l'athéisme massif ", une conception du monde non chrétienne chez les fonctionnaires ou tout simplement une attitude de laquais ? 

L'une des principales raisons est que l'Ukraine est restée trois siècles et demi sous la domination russe et a subi la destruction de sa culture, de sa langue et de son mental. Et l'Ukrainien ne peut absolument pas se défaire de cette mentalité de serf. C'est ainsi que certains de nos hommes politiques, de militants se plaisent à raconter comment plusieurs siècles de servage ont fait du cosaque épris de sa liberté un pauvre serf . Pourtant, malgré l'idéologie soviétique, il reste encore beaucoup d'Ukrainiens.

L'Eglise orthodoxe ukrainienne du patriarcat de Kyiv s'occupe de ses fidèles hors des frontières d'Ukraine. Quelle est l'importance de cette activité ?

Nous avons des paroisses aux USA, dans de nombreux pays d'Europe, trois éparchies en Russie. Aujourd'hui de nombreux Ukrainiens vont au Portugal, en Italie, en Grèce et en Espagne, à la recherche de travail. Ils s'adressent à nous pour qu'on leur ouvre là-bas des églises qui deviendront des centres de rencontre des Ukrainiens, c'est-à-dire qu' elles joueront le rôle que l'Eglise a toujours joué en émigration, celui de centre de rassemblement des Ukrainiens.

Quelles sont les perspectives de création d'une Eglise orthodoxe en Ukraine ?

Qu'il existe un jour une seule et unique Eglise orthodoxe ne fait aucun doute. Parce qu'un Etat indépendant doit avoir une Eglise indépendante. Le Patriarcat de Moscou est un phénomène passager en Ukraine. Tôt ou tard cette Eglise se ralliera à l'Eglise de Kyiv, mais cela se fera de façon évolutive. Nous n'exigeons pas d'aide de l'Etat. Il ne doit cependant pas empêcher le développement du rayonnement de l'Eglise de Kyiv. Si le pouvoir ne mettait pas de barrière, le Patriarcat de Kyiv aurait beaucoup plus d'importance. Chaque année supplémentaire d'indépendance de l'Ukraine sert à la consolidation de l'Eglise ukrainienne. 

Beaucoup de lecteurs du journal Schlach Peremohy (la Voie de la Victoire) pensent qu'il est très difficile d'évaluer Votre rôle dans la création d'une Eglise ukrainienne indépendante. Vous considérez de votre devoir de servir Dieu, l'Eglise, l'Ukraine. Mais disposez- Vous d'une relève efficace qui poursuivra votre oeuvre ? Etes-vous serein quant à l'avenir de notre Eglise ?

Le fait est que le processus historique lui-même travaille en faveur de la consolidation d'une Eglise indépendante en Ukraine. Son support aujourd'hui et demain c'est le clergé, l'épiscopat. Et quelle que soit la personne qui sera à ma place à la tête de l'Eglise orthodoxe ukrainienne, elle aura le soutien du peuple, du clergé. Nous avons deux Académies de théologie, six séminaires, un Institut des Sciences religieuses à Ivano-Frankivsk, une faculté de théologie à l'Université de Tchernivtsi. Nous avons donc une bonne base. Nous préparons des prêtres convaincus qui se sentent appelés. Le clergé ukrainien et conscient a grandi au sein du Patriarcat de Kyiv, il ne retournera plus jamais dans le giron du Patriarcat de Moscou. C'est pourquoi l'Ukraine peut être sereine quant au devenir de son Eglise, parce qu'elle servira toujours Dieu et le peuple ukrainien.

En quels termes voudriez-vous, Votre Sainteté, vous adresser au peuple ukrainien ?

Avant toute chose, je voudrais, à l'occasion des fêtes, présenter mes meilleurs voeux à tous les Ukrainiens du monde. Plus que tout au monde, je souhaite qu'ils n'oublient pas l'Ukraine, qu'ils prient pour elle et qu'ils la soutiennent moralement. Où qu'il soit, l'Ukrainien doit penser à sa patrie et aider de quelque façon que ce soit à la consolidation de l'Etat ukrainien indépendant et de son peuple.

Je Vous remercie 

468px-Filaret-2008-08-19.jpg



31/12/2014

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 44 autres membres